20/03/2017

En ce temps là, quand les moulins avaient des ailes..

Ce n’est pas si vieux..c’était hier.

Cependant, aucun d’entre nous, même le plus ancien ne les a connus ainsi..Aucun d’entre nous ne peut témoigner..Aucun d’entre nous n’a vu tourner leurs ailes; et les documents de l’époque qui pourraient nous en parler sont rares.

Et pourtant, pendant longtemps, très longtemps et jusqu’à l’aube du 20e siècle, leurs ailes n’ont jamais cessé de tourner au gré du vent marin ou du vent de cers, pour moudre, moudre encore et approvisionner les villegailhencois en farines et froments, indispensables à la fabrication du bon pain, base de leur nourriture.

Comme s’il était nostalgique du temps passé, le village garde encore les vestiges de deux moulins à vent.

L’un sur les hauts de Raüs a été restauré et est habité ;l’autre, en état d’abandon total(et c’est bien dommage) trône encore sur un monticule, route de Conques à la sortie du village (voir photo).Il devrait et pourrait figurer en bonne place sur la carte de visite de Villegailhenc.

En ces temps là, pas loin du château, tournait aussi un moulin à eau. (Amenée d’eau par le « béal » du Four à Chaux depuis la « païchère »(retenue d’eau) sur le Trapel.)

En ces temps là, tous les trois, au rythme des vents ou de l’eau, entraînaient d’énormes meules qui écrasaient et réduisaient en farine le blé récolté sur tout le territoire du village.
Dans nos régions, le moulin fut la première forme d’industrialisation et l’instrument d’un véritable pouvoir économique ; technique éprouvée mais également indispensable, chaque village était doté d’un ou plusieurs moulins à vent ou à eau.

En ces temps là l’indispensable meunier du village, véritable personnalité détenait une position de premier plan, très enviée et privilégiée.

De nos archives, très avares sur le sujet, retenons seulement les noms de deux meuniers ayant exercé en l’an 9 (1800) :Jean Sarda et Jacques Roger. Martin Cau gérait le moulin à eau. Certains de nos compatriotes pourront peut-être les découvrir dans leur arbre généalogique.

Et devant cette photo, l’espace d’un instant, pourquoi ne pas nous laisser bercer par la nostalgie du temps ancien, du temps de Daudet, du temps ou l’air environnant le moulin sentait bon le blé fraichement écrasé, la farine et le bon froment ?

Du temps où les moulins avaient des ailes !!

  Le moulin à vent; un site remarquable de Villegailhenc.DSCN0341.JPG

19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Les commentaires sont fermés.