13/11/2012

Une histoire pourtant vraie : jusqu'où pourra s'arrêter la cruauté ?

Un villegailhencois nous interpelle et en appelle à la réflexion de chacun d'entre-nous, après un acte gratuit, cruel et ignoble, avec ses conséquences auprès de personnes fragilisées ou très âgées.

 " A Villegailhenc,dans un périmètre bien délimité,en moins de 6 mois,ont disparus 2 chats, appartenant à la même personne.
Ces gentils chats, très choyés,ont été opérés; ils ne «rôdaient » que dans le voisinage immédiat de leur habitation.  Quelques jours avant leurs disparitions, ils sont rentrés trempés (pas de pluie !)...  Hector,le petit dernier a subi une castration lundi dernier, et tétait encore le doigt de sa «maîtresse » pour s'endormir.

Mais au-delà de la cruauté de faire du mal à un pauvre animal de compagnie,sans défense ,qui fait confiance à l'homme, il est à retenir la détresse d'une dame de 85 ans,seule dans sa maison, qui n'a que des chats pour compagnons!!

Il n'est point utile de s'apitoyer sur la misère que l'on nous montre à la télé,si on n'est pas sensible à celle d'une « voisine  » très âgée et vulnérable...
Il est à rappeler aussi, que si l'on se sent importuné par la présence non désirée et dérangeante d'un animal de son voisinage, si en parler est insurmontable, le service de la police municipale existe, pour gérer de telles situations.

Agir radicalement par le kidnapping ,voire l'assassinat,a pour conséquence cruelle d'anéantir (et le mot n'est pas trop fort dans la situation où elle se trouve), une vielle dame privée de l'affection de ses chats...

Le bien-vivre,et la qualité de vie dans nos villages,ne passe-t-il pas par la bonne entente et l'entraide entre voisins ?."

22:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Les commentaires sont fermés.